Menu

Statystyki

Brak w³asnych statystyk

Wyszukiwanie

Article paru dans la Voix du Nord le 16 août 2009

Construite pour les Polonais venus travailler dans les années 1920 dans les mines autour de Waziers, Notre Dame des Mineurs reste aujourd'hui un symbole pour cette communauté.

" C'est notre église. Celle de nos bons et de nos mauvais souvenirs. " Il y a plus que de l'émotion dnas la voix d'Irène Krolikowski, quand elle évoque Notre-Dame des Mineurs.

Car les voûtes de l'église, nichée au coeur de la cité Notre-Dame, portent davantage qu'une charpente. Elles sont les piliers de l'identité de toutes les familles polonaises, venues s'installer à Waziers au début du XXème siècle. A l'époque, les Mines d'Aniche avaient besoin de main-d'oeuvre pour exploiter leurs fosses et, pour loger les mineurs polonais arrivés d'Allemagne, la Compagnie décida de construire non seulement des logement mais aussi toutes les infrastructures indispensables à la vie de la communauté. C'est ainsi que sortirent de terre un dispensaire, des écoles et ... une église.

Le projet fut confié en 1923 à l'architecte Louis Cordonnier qui imagina un bâtiment original, avec son propre style, rappelant le milieu professionnel des fidèles qu'il accueillerait. C'est pourquoi l'intérieur rappelle une galerie de mine, soutenue par des piliers en béton, et pourvue d'un plancher réalisé en planches.

Si l'église est lumineuse, elle le doit à ses 37 vitraux, représentant entre autres une Vierge à l'enfant, Saint-Eloi et Sainte Barbe, patronne des mineurs. Longue de 60 m et large de 20 m, Notre-Dame des Mineurs peut acceuillir 1500 personnes assises.

Elle fut bénie en avril 1927 par l'archevêque de Cambrai et confiée aux mineurs. Pour faire partie de la paroisse, il fallait en effet avoir au moins un membre de sa famille travaillant à la mine. Pendant des années, l'église fut au centre de la vie de la cité, rythmant les temps forts d'une véritable ville dans la ville. Pourtant, comme d'autres bâtiments appartenant aux Houillières, Notre-Dame des Mineurs risquait d'être abandonnée à la fin de l'exploitation des mines. Elle fut d'ailleurs cédée pour le franc symbolique au diocèse de Cambrai qui, peinant à entretenir l'édifice, accepta d'en rétrocéder la gestion en 2001, à une association.

Une idée soufflée par le prêtre polonais qui y officie depuis près de trente ans, François Wojtyla. Autour de lui, les enfants et petits-enfants de mineurs polonais organisèrent le sauvetage de cette église à laquelle ils tiennent tant. Symboliquement et pour accéder au souhait d'une paroissienne, l'Association de sauvegarde de l'église Notre-Dame des Mineurs de Waziers commença par réveiller les cloches endormies, le jour de Pâques 2001. Un petit miracle réalisé grâce aux dons, nombreux, des paroissiens, des familles et des communes alentours, conscientes de l'importance de préserver un tel patrimoine. Puis ce fut au tour des quatres cadrans d'être remplacés, avant les vitraux dont la restauration attira à Waziers, en 2003, Mgr Garnier, archevêque de Cambrai.

L'église des mineurs polonais a réussi sa conversion en église de la communauté polonaise de Waziers et du reste de l'arrondissement.  Et c'est à l'ombre de son clocher que les jeunes générations redécouvrent leur culture, aujourd'hui diluée dans l'intégration exemplaire de leurs aïeux.

¦wiêta

Poniedzia³ek, VI Tydzieñ Wielkanocny Rok A, I Dzieñ powszedni albo wspomnienie ¶w. Rity z Cascii, zakonnicy

Sonda

czy potrzebna jest strona parafialna w internecie

bardzo

ma³o potrzebna

wcale nie potrzebna

nie wiem


Licznik

Liczba wy¶wietleñ strony:
2087